Imprimer cette page

Les conseils toilette de mon pédiatre

« Pour vous occuper de votre nouveau-né en général, et de sa peau en particulier, il n’existe pas une norme absolue ni une seule façon de faire.
Si vous connaissez quelques règles simples, et les choses à éviter, vous saurez inventer votre façon de prendre soin de sa peau, celle qui sera le plus adaptée à votre bébé. »

Docteur Emmanuelle Letamendia
Pédiatre à l’Hôpital Necker Enfants Malades, Paris

• Le change du nouveau-né

C’est un geste que vous réalisez un nombre incalculable de fois !

A quel moment est-il préférable de changer mon bébé ?

  • En général après le repas, car le fait de boire, en stimulant les fonctions digestives, entraîne l’apparition de selles
  • Si votre enfant régurgite facilement, changez-le plutôt à distance du repas ou juste avant : la position du change, couche avec jambes relevées, risque lorsqu’il a l’estomac plein de favoriser les rejets…

Si je suis dérangée pendant le change ?

Ne laissez JAMAIS votre nouveau-né seul sur une table à langer : dès son 1er jour de vie, il peut tomber, même s’il ne vous montre pas encoure toutes ses capacités motrices !

  • Ayez tout votre matériel à portée de main
  • Ne laissez pas votre bébé si l’on vous appelle ou si votre téléphone sonne !

Quels produits utiliser ?

Les premiers jours, la peau de votre bébé est en train de s’adapter à son nouvel environnement.

Certaines lingettes contiennent des produits conservateurs, des détergents, de l’alcool, des parfums. Elles peuvent être responsables d’irritations cutanées.

A l’inverse le coton est naturel, et doux pour la peau. Vous pouvez aussi utiliser un gant de toilette propre, ou une serviette de toilette découpée en petits carrés.

Il n’est pas nécessaire d’utiliser autre chose que de l’eau pour nettoyer les urines.

Pour les selles, si vous utilisez un savon, choisissez un savon doux ou surgras, et sans parfum. Rincez toujours et séchez complètement avant de refermer la couche.

Le lait de toilette peut être irritant si la peau est déjà abîmée.

Le talc peut causer des irritations, et parfois favoriser des surinfections de la peau. Comme toutes les poudres, il risque en outre de causer des troubles respiratoires sévères en cas d’inhalation.

Petits conseils pratiques

Installez votre bébé couché sur le dos sur un matelas à langer ou sur une serviette de toilette.
Déshabillez seulement la moitié inférieure du corps.
Nettoyez toujours de l’avant vers l’arrière, chez les filles comme chez les garçons (les bactéries de l’anus ne doivent pas être ramenées vers l’orifice urinaire).
Séchez bien minutieusement en tapotant, sans négliger les plis pour éviter toute macération.
Refermez bien la couche au-dessous du cordon ombilical tant qu’il n’est pas tombé.

 

• Le bain du nouveau-né

Quand dois-je donner un bain à mon bébé ?

Baigner votre bébé n’est absolument pas indispensable tous les jours. C’est un moment de plaisir, pour le laver mais aussi le détendre. Vous ferez cela avec plus de sérénité si vous n’êtes pas trop pressée par le temps.
Vous pouvez choisir de lui donner un bain un jour sur deux.
Si vous remarquez que le bain a tendance à l’apaiser, voire à l’endormir, vous le lui donnerez plutôt le soir. A l’inverse, si votre enfant est agité après son bain, faites plutôt cela le matin.

Comment préparer le bain ?

  • Installez à l’avance ce dont vous aurez besoin, de façon à tout avoir à portée de main : matelas à langer, savon doux, serviette de toilette, couches, vêtements…
  • Contrôlez la température de l’eau avec un thermomètre : elle doit être à 37° C. Si vous n’avez pas de thermomètre, vous pouvez éventuellement vérifier que l’eau n’est pas trop chaude en y trempant votre coude.

Comment procéder ?

Il n’y a pas une « technique » meilleure que les autres pour donner le bain… vous trouverez la vôtre en gardant à l’esprit que l’essentiel est

  • De BIEN TENIR votre bébé
  • De ne JAMAIS le laisser sans surveillance, même pour un petit instant

Utilisez un simple savon doux pour tout le corps, y compris le cuir chevelu (pas de shampooing). Nettoyez toutes les parties du corps avec douceur : il n’est pas nécessaire de « récurer » le moindre interstice !

Rappelez-vous que l’eau refroidi assez vite, vous veillerez donc à ne pas trop prolonger la durée du bain…

A la sortie de l’eau, enveloppez rapidement votre bébé dans une serviette. Séchez bien toute la surface de la peau en tapotant.

Quels sont les soins à faire à la sortie du bain ?

Tant que le cordon ombilical n’est pas tombé, désinfectez-le à ce moment-là avec l’antiseptique qui vous a été prescrit à la maternité. Puis, une fois effectué le soin du cordon, habillez votre bébé avant de poursuivre les soins.
Après la première semaine, il suffit de nettoyer avec un peu de coton humidifié à l’eau les parties externes du nez et des oreilles. N’utilisez pas de coton-tige.
C’est seulement en cas de « nez bouché » gênant la respiration que vous utiliserez du sérum physiologique pour désobstruer ses narines :

  • Soit en « jet » franc, pour drainer les sécrétions et améliorer l’écoulement,
  • Soit sur un petit morceau de coton enroulé que vous introduirez délicatement pour retirer les sécrétions plus ou moins épaisses.

• La peau du nouveau-né à terme

Des modifications importantes

La peau du fœtus était baignée dans le liquide amniotique, stérile et protecteur. La peau du nouveau-né passe dans un environnement aérien, où elle va subir des frottements, des changements de température, et entrer en contact avec des micro-organismes.

Des fonctions variées

La peau et le toucher sont des éléments essentiels de la relation au nouveau-né. La peau du nouveau-né a en elle-même un rôle de barrière de l’organisme vis-à-vis de l’extérieur

  • Elle limite l’intérieur et l’extérieur du corps
  • Elle est colonisée par des bactéries utiles, empêchant notamment le développement de bactéries pathogènes

Une colonisation bactérienne utile

Progressivement, la peau du nouveau-né va être colonisée par des bactéries : C’est une flore microbienne de surface, saine, utile, qui participe à l’écosystème normal de la peau. Cette colonisation bactérienne normale est plus marquée au niveau des régions génitales.

En l’absence de brèche cutanée, ces germes ne sont pas dangereux ; ils empêchent au contraire la multiplication de bactéries responsables d’infections.

Cependant,

  • La multiplication bactérienne est favorisée par l’humidité, la température
  • Certains traitements (antibiotiques, corticoïdes) modifient l’équilibre de cette flore microbiologique

Des particularités avant l’absorption

La peau du nouveau-né à terme n’est pas différente de la peau de l’enfant plus grand, quand à son architecture, son épaisseur, et sa perméabilité.
Mais chez le nouveau-né à terme, le rapport entre la surface corporelle et le poids est 3 fois plus élevé que chez l’adulte : la surface d’exposition de la peau est beaucoup plus importante si l’on la rapporte au poids. Or les mécanismes de détoxification chez l’enfant n’ont pas la maturité de l’adulte, d’où un risque potentiel d’intoxication grave en cas d’exposition cutanée à des substances toxiques.
Selon la région du corps, l’épaisseur de la peau (couche cornée) est variable. Plus la peau est fine, plus sa perméabilité est grande : l’absorption n’est donc pas la même selon les zones de la peau. Par exemple, la région la plus perméable est le scrotum (les bourses), alors que la moins perméable est au niveau de la plante des pieds. L’absorption cutanée est aussi augmentée si la peau est lésée (plaie ouverte, irritation…).

Une multitude de produits « de soins » à votre disposition…

Il n’est pas nécessaire d’utiliser pour les soins et la toilette du bébé un trop grand nombre de produits : exposée à certains composants particuliers (parfum, baume du Pérou, topiques fluorés, préparations mercurielles, Néomycine, etc), la peau peut y devenir allergique (on parle de « sensibilisation », qui peut par la suite s’exprimer sous forme d’eczéma).
Les détergents présents dans certains produits risquent d’éliminer les lipides présents dans la couche cornée : cela abîme la surface de la peau et la fragilise. D’autre part certaines substances (comme le camphre par exemple) sont toxiques : or le nouveau-né, plus exposé en raison du rapport élevé entre sa surface cutanée et son poids, n’a pas encore la capacité de les éliminer.

En résumé

Attention à l’excès de soins et à la multiplication des produits appliqués.
Il est préférable de choisir un produit

  • Dont la tolérance a été testée chez les nouveau-nés
  • Dont la composition est clairement identifiée

• L’érythème fessier

Qu’est-ce-que l’érythème fessier ?

C’est une irritation de la peau du siège, liée au contact répété et prolongés avec les urines et les selles. Sachez que le nouveau-né urine chaque jour jusqu’à 20 fois, et émet des selles 4 à 6 fois par 24 heures…

Que faire pour éviter l’érythème fessier ?

Il est conseillé de changer fréquemment les couches de votre bébé. Lors du change, si vous utilisez un savon doux, rincez complètement et séchez bien minutieusement toute la région.
La protection avec des préparations lubrifiantes (comme la vaseline) et/ou absorbantes (comme l’oxyde de zinc) n’est pas indispensable si la peau est saine et les couches régulièrement changées.

Comment soigner l’érythème fessier ?

Une crème protectrice pour le siège peut être utilisée, afin de protéger la peau abîmée vis-à-vis de l’urine et des selles. Cette crème ne sera pas retirée à chaque change, afin de minimiser l’irritation. Attention toutefois à la durée d’application : mieux vaut consulter si l’érythème ne passe pas, car l’effet occlusif de la crème peut dans certains cas pérenniser l’irritation.

 

• Quelques particularités de l’aspect de la peau des nouveau-nés

En dehors de toute pathologie, la peau du nouveau-né normal des réactions particulières, qui peuvent vous paraître inquiétantes, alors qu’elles sont simplement le reflet de son adaptation progressive à son environnement.

L’érythème toxique ou « toxi-allergique »

C’est une réaction de la peau du nouveau-né, dont le mécanisme n’est pas encore clairement identifié. Il survient entre le 2e et 3e jours, sous la forme de petits « boutons » (aspect de petites pustules blanches sur un fond rouge), qui peuvent s’étendre, ou au contraire disparaître tandis que d’autres apparaissent dans d’autres zones.
L’érythème toxique ne touche pas le cuir chevelu, ni la paume des mains ni la plante des pieds.
La guérison se fait toujours spontanément en quelques jours : l’érythème toxique ne nécessite aucun traitement.

La desquamation physiologique

Certains nouveau-nés ont une peau particulièrement sèche, avec des zones qui se fissurent, ou même avec de petits décollements, surtout dans la région des mains et des pieds. Cela peut-être favorisé par une naissance à un terme avancé, voire dépassé.

Les grains de milium

Ce sont de tout petits points blancs situés sur le visage, qui vont disparaître en quelques semaines.
Dans la bouche, les « perles épithéliales », petits points blancs situés sur la région médiane du palais, ont la même signification.

Acné du nouveau-né

Elle ressemble à l’acné de l’adolescent : lésions pustuleuses, kystes, comédons, boutons rouges, qui touchent surtout le visage (le front, les joues et le menton).
C’est affection d’évolution bénigne, qui guérira spontanément, et ne nécessite le plus souvent aucun traitement, sauf si les lésions sont très marquées.

Les ongles du nouveau-né

Les ongles de votre bébé sont naturellement fins, mous, et adhèrent à la peau des doigts.
Si l’on conseille classiquement de ne pas les couper pendant le 1er mois, c’est pour éviter le risque d’infection locale qui pourrait survenir si l’on couper aussi un peu de peau en même temps…
En pratique, si le geste est fait avec douceur, prudence et délicatesse, il semble possible de couper les ongles, ce qui permet d’éviter les griffures du visage. On peut aussi proposer de les limer.
En revanche, le fait de mettre des moufles aux 2 mains n’est pas recommandé, car cela limite les expériences tactiles que votre bébé peut vivre (toucher et découvrir son visage par exemple).
Parfois les ongles peuvent prendre un aspect « incarné », surtout au niveau des orteils ; cela régresse en général spontanément en quelques mois.

 

 

Afin de faciliter votre navigation sur notre site, nous utilisons des cookies. En visitant notre site, vous acceptez que nous en placions sur votre ordinateur. Pour plus d’informations, cliquez sur le lien politique de respect de la vie privée.

Fermer